L’Instruction En Famille

On entend souvent dire que l’école est obligatoire pour tous les enfants jusqu’à leurs 16 ans. Pourtant, c’est complètement faux ! Ce n’est pas l’école qui est obligatoire mais bien l’instruction. En définitif, il n’est pas obligatoire de mettre son enfant à l’école si on l’instruit d’une autre manière. Il est, par exemple, tout à fait possible d’instruire son enfant à domicile.

L’Instruction en Famille ou IEF est donc tout à fait légale puisque le choix de l’instruction revient aux parents.

Faisons un petit tour sur cette méthode encore peu pratiquée en France !

 

Qu’est-ce que c’est exactement ?

L’IEF est plus communément appelée “école à la maison”. Il y a environ 0.3% des enfants, en France, qui font l’école à la maison, soit environ 24 500 enfants. Le nombre de famille pratiquant l’IEF ne cesse d’augmenter depuis quelques années.

Cependant, il existe plusieurs types d’IEF qui s’adaptent selon les besoins et les envies des familles. Elle s’adresse à tous les enfants de la maternelle à la terminale. 

 

La méthode formelle ou “homeschooling”

Les parents choisissent d’éduquer leurs enfants à l’aide de cours par correspondance. Le coût de cette instruction s’élèvent à 700 jusqu’à 1 000€ pour une année. Certains parents préfèrent créer leurs propres supports d’apprentissages pour leurs enfants mais cela est forcément beaucoup plus prenant. Pour résumer, le homeschooling possède un programme et des cours, contrairement à la méthode “unschooling” qui ne possède ni cours ni programme.

 

La méthode “unschooling”

C’est une réelle philosophie de vie car ici, il n’y a aucun cadre ni apprentissage formel. Tout devient une occasion d’apprendre. Les parents doivent être patients et disponibles en permanence car un véritable don de soi est nécessaire. Le lâcher-prise est également indispensable. 

 

Le mixte

Certains parents font un genre de mélange des deux méthodes : une partie des cours se fait par correspondance (donc de manière formelle) et une autre est acquise de manière informelle.

 

Pourquoi choisir l’IEF ?

Certains curieux se demande pourquoi choisir d’éduquer son enfant par l’IEF alors que l’Education Nationale est là pour ça. Il y a sans doute autant de réponses à cette question que de familles pratiquant l’IEF. Cependant, il y a trois raisons qui reviennent souvent :

  • A cause de problèmes à l’école : que ce soit des difficultés scolaires, une phobie, un enseignement inadapté ou encore des violences, l’IEF se présente à ces familles car l’école “classique” n’est pas adaptée à leur enfant.

  • Pour des raisons pratiques : l’enfant peut avoir un emploi du temps très rempli s’il est sportif de haut niveau par exemple ou encore artiste (musicien, acteur, …). Il se peut aussi que la famille se déplace régulièrement : voyages, expatriation ou encore profession qui demande de bouger beaucoup et souvent. Il est alors beaucoup plus facile pour ces familles d’instruire leurs enfants à domicile plutôt que de changer d’école en permanence.

 

  • Par simple conviction : c’est tout simplement leur choix de vie. Ces parents souhaitent s’occuper de l’éducation de leurs enfants par eux-mêmes. D’autres pensent aussi qu’il est plus sain pour leur famille de pratiquer l’IEF.

 

Les raisons les plus souvent évoquées par les parents sont les suivantes :

  • le respect du rythme quotidien de l’enfant, donc prendre le temps qu’il faut pour terminer une activité par exemple.
  • le respect du rythme biologique de l’enfant, comme son sommeil, sa faim, ses besoins primaires, … 
  • le fait qu’il puisse gérer eux-mêmes les repas de l’enfant.
  • Absence de stress vis-à-vis des notes et des évaluations.
  • Absence de comparaison avec les autres élèves.
  • Possibilité de passer plus de temps en famille puisque pas d’horaires imposés.
  • Une grande liberté de vie et d’emploi du temps

Les idées reçues

Il y a pas mal d’idées reçues sur l’IEF. Faisons-en un petit tour !

“C’est illégal !”

Comme dit précédemment, c’est bien l’instruction qui est obligatoire en France et non l’école. 

“Ils ne seront pas sociabilisés.”

C’est faux puisque les familles pratiquant l’IEF ne sont pas coupées du monde. Il existe déjà des associations de familles IEF afin qu’elles puissent se rencontrer régulièrement et organiser des sorties ou juste des rencontres.

Ensuite, les enfants ont plus de temps pour des activités extérieures : au parc, en club de musique, de peinture, de sport, … Ils ont aussi l’occasion de parler à de nombreux adultes lors de leurs sorties et dans la vie de tous les jours. D’ailleurs, leurs relations sont souvent plus saines car non imposées par un cadre ; ils ont de plus la possibilité de rencontrer une grande diversité de personnes.

“L’école est le seul endroit pour apprendre.”

Beaucoup pensent que personne ne peut égaler l’école pour permettre aux enfants d’apprendre. Il ne faut pas oublier tout de même, qu’à l’échelle humaine, l’école est une invention nouvelle et l’apprentissage n’est pas arrivé avec l’école. C’est plutôt le contexte et les conditions qui permettent un bon apprentissage. C’est pourquoi l’école n’est pas le seul endroit où l’on peut apprendre quelque chose. Sinon cela voudrait dire qu’en tant qu’adultes, nous n’apprenons plus rien jusqu’à notre mort puisque nous n’allons plus à l’école.

“Cela coûte cher donc seules les familles très aisées peuvent se le permettre.”

En regardant les différents profils des familles pratiquant l’IEF, on remarque qu’il y en a de tous les genres : parent solo sans emploi à famille aisée. C’est sûr qu’il faut revoir son budget et changer ses priorités de consommation. Mais à partir du moment où la motivation est là, le champs des possibles est vaste, même avec un budget restreint.

“Impossible de reprendre un parcours scolaire classique par la suite.”

Il est tout à fait possible de reprendre une scolarisation classique si l’enfant le souhaite. Les témoignages des personnes ayant repris un parcours dit “classique” sont d’ailleurs plutôt positifs. C’est une question d’adaptation !

“Ils n’auront aucun diplôme.”

C’est faux puisqu’il est, comme dit au-dessus, tout à fait possible de repartir sur un système plus classique si l’enfant en a envie – donc possible de partir en études supérieures après le baccalauréat. Mais il est aussi tout à fait possible de passer ses examens en candidat libre ! Quand on pratique l’IEF, on n’est pas hors du système : il y a régulièrement des vérifications qui sont faites pour voir si l’enfant évolue de façon normale et il y a des tests de prévu. Puis, l’enfant passe les examens comme les autres.

Les enfants ayant été scolarisés à domicile sont d’ailleurs souvent beaucoup plus sereins vis-à-vis des examens puisqu’ils n’ont pas la même vision que les personnes ayant été dans un système classique. 

Les avantages et inconvénients

Puisque rien n’est parfait, il y a des avantages mais aussi des inconvénients à pratiquer l’IEF. Nous allons faire un tour d’horizon des inconvénients et des avantages observés par les familles pratiquant l’IEF, qui sont bien les mieux placées pour les constater. 

Les inconvénients

Commençons par les points négatifs les plus souvent rencontrés et décrits par les familles pratiquant l’IEF.

  • Toujours ensemble. Les membres de la famille sont en permanence ensemble, ce qui peut être pesant parfois et source de conflits. Il faut donc que chacun puisse prendre un temps pour lui, seul, et que tous les membres de la famille ait son propre jardin secret

 

  • Le regard des autres. Ce n’est pas un inconvénient pour tout le monde mais le regard des autres et la presque toujours obligation de se justifier auprès d’autrui peut être très dur à supporter à la longue.

 

  • Rester patient. Il est parfois difficile de rester patient face à ses enfants quand ils n’ont pas envie de travailler. Il faut réussir à faire la part des choses et les parents ont parfois plus de mal à rester patient face à leurs enfants qu’un professeur avec ses élèves.

 

  • De plus grandes dépenses. Il faut forcément réajuster ses différentes dépenses si on souhaite avoir des supports variés pour travailler avec ses enfants. De plus, souvent, l’un des principes de l’IEF est d’offrir plus de sorties diverses à ses enfants (musées, parcs, …) pour leur apprendre des choses différents que de par “les cours classiques”. Il faut donc forcément faire quelques concessions. 

 

  • Du temps et de l’énergie. Il faut forcément pouvoir prendre beaucoup de temps pour préparer et pour instruire ses enfants soi-même. Même si l’instruction se fait de manière informelle, il faut pouvoir être disponible en permanence et apporter de nouvelles connaissances à son enfant au quotidien. Puis, il faut bien prendre conscience que c’est quelque chose de difficile que de devenir l’instructeur de ses enfants : c’est un véritable don de soi.

 

  • Réduction du budget. Si on souhaite pratiquer l’IEF, il faut qu’un des parents soit à la maison, et donc souvent renoncer à un second salaire pour le foyer, sauf s’il est possible pour lui de travailler à domicile. Il peut alors concilier travail et instruction.

 

Les principaux inconvénients tournent généralement autour de l’argent, du temps et de l’énergie. Pratiquer l’IEF n’est donc pas une décision à prendre à la légère

Les avantages

Il existe cependant des avantages sinon, personne ne pratiquerait l’IEF !

  • Pas de pression. Aucune pression au niveau des horaires puisqu’il n’y a aucun calendrier scolaire. Il n’y a alors aucune pression le matin pour que les enfants se réveillent et se préparent rapidement. Après, certains parents préfèrent imposer des horaires mais cela reste quand même plus malléable si besoin. 

 

  • Respect du rythme. Comme il n’y a aucun horaire, on respecte le rythme biologique des enfants : s’ils sont fatigués, ils peuvent dormir un peu plus, s’ils veulent aller aux toilettes, ils n’ont pas à attendre la pause et s’ils ont faim, ils peuvent manger tranquillement. Bref, les besoins primaires sont respectés.

    Certains professeurs, dans les écoles classiques, demandent aux enfants d’attendre les pauses pour telle ou telle chose ; au minimum, les élèves doivent demander la permission pour répondre à leurs besoins vitaux. Quand on y pense, c’est plutôt absurde !

 

  • Personnalisation. Il est tout à fait possible de personnaliser l’apprentissage à son enfant et de l’accompagner jusqu’au bout puisqu’il n’y a qu’un seul “élève” pour un “prof”. Dans les écoles classiques, il est forcément impossible pour le professeur de passer du temps avec ses 30 élèves.

  • Rendre tout très ludique. Comme on n’a pas 30 élèves à gérer, on peut se permettre de créer des cours, des supports ludiques et originaux qui peuvent intéresser beaucoup plus l’enfant. Il est plus facile de rendre l’instruction passionnante. Les sorties sont d’ailleurs beaucoup plus fréquentes que dans une école classique. 

 

  • Approfondir les dons naturels et les passions. Il y a beaucoup plus de place aux passions des enfants. Que ce soit de la musique, du sport, de l’art ou une autre passion pour un sujet particulier, l’IEF permet aux enfants de prendre du temps pour leurs passions, puisque, encore une fois, il n’y a aucun horaire imposé.

 

  • Renforcement des liens. Forcément, en passant tout son temps ensemble, la famille renforce ses liens.

 

  • Voir les évolutions. On assiste à toutes les premières fois : la première fois où il lit, écrit, … Et on peut voir les évolutions en direct de ses enfants.

 

  • Les vacances. On peut choisir la période qu’on souhaite et du coup, réduire le coût des vacances, éviter les foules et profiter à 100% des voyages. Il est donc possible de visiter plusieurs endroits en une année puisqu’on peut s’arranger pour partir durant les périodes les plus intéressantes financièrement parlant. 

  • Éviter la violence. Parfois, dans les écoles, les enfants peuvent subir des violences physiques ou mentales venant des autres élèves. Les enfants peuvent être très durs entre eux. 

 

  • La socialisation. Elle est bien différente de celle de l’école. Les enfants peuvent rencontrer des gens divers et variés, venant d’horizons différents. Ils peuvent observer leur manière de faire, de travailler et cette socialisation est plus proche de celle de la vie réelle

 

  • L’indépendance. Les enfants ayant pratiqué l’IEF sont souvent plus ouverts d’esprit, plus curieux ; ils ont un esprit critique et ont une plus grande capacité d’exprimer leurs choix

 

  • Faire des pauses. Si un cours semble trop long pour votre enfant, il est possible de faire une petite pause de 5 minutes sans que cela ne dérange l’emploi du temps puisqu’il n’y en a pas vraiment. Les enfants n’ont pas la même capacité d’attention que les adultes.

 

  • Manque de compréhension ? Pas de problème. S’il a du mal à comprendre une chose, on peut prendre le temps qu’il faudra pour qu’il l’assimile : comme il n’y a pas d’obligation et qu’on peut instruire dans l’ordre et à la fréquence que l’on souhaite, on peut répéter plusieurs fois, prendre plus du temps sur un point que l’enfant a plus de mal à comprendre. Et inversement, si l’enfant a plus de facilités sur un point particulier, on peut accélérer le mouvement : aucun intérêt de perdre du temps !

 

  • Adaptabilité. Autant dans les horaires que dans le programme. Certains enfants de 4 ans peuvent assimiler une partie du programme de CP (donc normalement pour les enfants de 6 ans). Cela dépend des facilités de l’enfant et de sa personnalité.

 

  • Le sac. Petit détail qui peut avoir son importance pour pas mal de parents : aucun sac à porter. Particulièrement dans la période du collège, les sacs peuvent être très lourds. Et on ne risque pas d’oublier quoique ce soit !

Voilà, nous terminons notre tour d’horizon sur l’IEF, ses principes, ses pratiques, ses avantages et ses inconvénients. Cette méthode d’éducation n’est pas meilleure qu’une autre, elle possède juste des pratiques différentes.

Le choix de l’instruction est déterminé par les parents, selon ce qu’ils pensent le mieux pour leurs enfants. Le plus important est que vos enfants se sentent biens et épanouis !

X
X