La préparation à l’accouchement

Avant tout, il faut savoir que la préparation à l’accouchement est un droit et non une obligation. Donc, si vous ne ressentez pas l’envie de participer à ces séances, libre à vous. Cette préparation est, cependant, recommandée surtout pour une première grossesse afin que tout futur parent puisse être informé sur ses droits sociaux, sur les risques infectieux, sur l’automédication, … mais c’est aussi l’occasion de rencontrer le personnel médical qui vous accompagnera lors de votre accouchement.

 

Ces séances vous aideront à accueillir votre enfant et à balayer vos doutes et peurs à propos de la parentalité.

 

Il existe différents types de préparation à l’accouchement. Donc, si vous ne pensez pas que les cours de préparation “classique” vous correspondront, vous trouverez sûrement une autre méthode qui vous plaira !

 

Nous allons voir dans cet article, les différentes méthodes de préparation à l’accouchement mais aussi répondre à quelques petites questions que peuvent se poser les futurs parents.

 

Quelques questions

Quand est-ce que ça commence ?

Le premier cours se déroule généralement au cours du 4ème mois de grossesse : c’est d’ailleurs un entretien avec la sage-femme afin que les futurs parents puissent parler de leurs peurs, de leurs désirs et poser toutes leurs questions. C’est aussi l’occasion pour la sage-femme de planifier les 7 prochaines séances, qui débutent souvent lors du 6ème mois afin que vous puissiez profiter de l’ensemble des séances avant la naissance de bébé. Idéalement, elles se terminent à la fin du 8ème de grossesse.

 

Est-ce que le futur papa peut venir ?

Oui, le futur papa est le bienvenue aux séances et c’est même conseillé : lui aussi doit se préparer à l’accouchement d’une certaine manière. Il lui faut du temps, tout comme la maman, pour apprendre à devenir papa !

Maintenant, il existe même des groupes de paroles spécialement faits pour les papas et uniquement pour eux. De cette manière, ils peuvent se retrouver et évoquer leurs doutes et partager leurs expériences entre futurs papas !

 

Je sais que je vais avoir une césarienne. Est-ce que les cours sont vraiment utiles ?

Oui, tout à fait. Même si vous allez accoucher par césarienne, il est utile d’aller aux cours de préparation. En effet, vous pourrez en profiter pour poser vos questions et on vous donnera des informations sur le déroulement d’une césarienne. Mais également des conseils sur le développement de bébé, le retour à la maison et éventuellement l’allaitement si vous souhaitez allaiter.

Les séances de préparation à l’accouchement ne préparent pas juste à expulser le bébé ; c’est tout un ensemble de sujets autour de la parentalité et de la petite enfance.

 

Les séances sont-elles remboursées ?

L’Assurance Maladie prend en charge à 100% les 8 séances de préparation à la naissance, que vous les fassiez à la maternité ou dans le cabinet d’une sage-femme libérale. C’est le cas lorsqu’on parle de préparation dite “classique”. Après, pour les autres méthodes de préparation à l’accouchement, cela dépend de où vous le faites, avec quel professionnel mais aussi de votre mutuelle. Certaines sont complètement remboursées, d’autres non. Renseignez-vous avant de choisir votre préparation !

 

Je suis particulièrement stressée ! Quelle serait la meilleure préparation pour moi ?

Il existe une multitude de types de préparation à l’accouchement. Certaines méthodes, comme la sophrologie par exemple, ont tendance à détendre énormément les futures mamans.

Le tout est surtout de trouver la méthode qui vous convienne et qu’une réponse soit apportée à chacune de vos interrogations.

 

Les différentes méthodes de préparation à l’accouchement

 

La préparation “classique”

Cette préparation consiste à informer les futurs parents sur le déroulement de la grossesse, l’accouchement, la péridurale, les soins de bébé ou encore l’allaitement. L’ensemble des séances sont remboursées à 100% par l’Assurance Maladie si elles sont animées par une sage-femme ou un médecin et sont complètement gratuites dans un hôpital.

Une séance se déroule de la manière suivante : un thème différent est abordé à chaque séance, en débutant par une discussion, puis un entraînement corporel. Il y a des exercices de respiration, de renforcement musculaire pour le dos, de basculements de bassin, un travail sur les différentes positions d’accouchement ainsi qu’une prise de conscience du rôle du périnée. Souvent, la séance se termine par un temps de relaxation. Si vous faites votre préparation à la maternité, il se peut que l’on vous présente les salles d’accouchement.

 

La préparation en piscine

Les séances se déroulent en petit comité – 5 à 8 femmes – dans une eau chauffée à environ 30°C et durent une cinquantaine de minutes. Les futures mamans ont la possibilité de poser leurs questions, de partager leurs expériences avec les autres mamans tout en se détendant.

Vous travaillez sur plusieurs choses en alternant les mouvements : respiration, étirements, assouplissements du périnée, …

Le corps étant en apesanteur – le poids d’une personne est allégé de 80% environ -, les mouvements sont beaucoup plus faciles à faire et en même temps, très efficaces ; l’eau a un effet drainant et relaxant sur le corps et l’esprit.

 

Il y a plein de bénéfices à se préparer en piscine : jambes plus légères, meilleure circulation sanguine, transit intestinal amélioré, dos soulagé, meilleure respiration …

De plus, on peut parfois sentir bébé “répondre à nos mouvements” ! Et pour finir, l’amélioration de la respiration, vous permet d’exécuter des expirations plus profondes qui oxygènent mieux les fibres musculaires utérines et donc, permettent le jour de l’accouchement d’atténuer la douleur.

 

Par contre, il vous faut absolument un certificat médical pour pratiquer cette préparation à la naissance. Il n’est, par contre, pas nécessaire de savoir nager, vous devez juste, au minimum, aimer l’eau.

Les séances ne sont prises en charge à 100% qu’à partir du 6ème mois et à deux conditions : être animées par un médecin ou sage-femme et contenir une partie théorique. Renseignez-vous avant de commencer car certaines mutuelles et certains comités d’entreprises remboursent totalement ou en partie ce type de préparation.

 

La préparation par le yoga de grossesse

Le yoga prénatal permet de travailler sur son corps mais aussi de se préparer mentalement à l’accouchement et à la parentalité en général.

Le yoga permet avant tout d’apprendre à se recentrer sur soi et à prendre quelques instants avec son bébé, en sentant ses petits coups et mouvements. Ce ne sont pas à proprement parler des séances de préparation à l’accouchement mais, tout ce que vous apprendrez et pratiquerez pendant, vous aidera à mieux respirer, à relativiser et à vous focaliser sur l’arrivée de bébé plutôt que sur la douleur.

Vous apprendrez aussi à utiliser correctement le ballon de yoga, qui se révèle être un allié formidable le jour de l’accouchement. Il peut détendre réellement la future maman, au niveau du dos mais aussi soulager la douleur des contractions.

D’ailleurs, beaucoup de position que vous allez pratiquer lors des cours de yoga prénatal, vont vous permettre de détendre votre colonne vertébrale et de vraiment soulager votre dos.

 

La sophrologie

Cette méthode permet de visualiser l’accouchement de manière positive, en l’imaginant à l’avance. Le but est donc de vivre pleinement son accouchement et non, de le subir. En ayant imaginé son accouchement, on aura l’impression de l’avoir déjà vécu et de ce fait, on sera plus détendue et sereine le jour J.

La sophrologie est composée de plusieurs exercices de relaxation qui permettent de reprendre confiance en soi mais aussi de mieux accepter et contrôler la douleur. L’ensemble des exercices permettent de relâcher toutes les tensions et d’atteindre un état de demi-sommeil.

Dans cet état de demi-sommeil, on peut alors visualiser son accouchement de manière positive et dédramatiser ce moment. Il est conseillé d’enregistrer le cours afin de vous entraîner régulièrement chez vous.

Lors de l’accouchement, la sophrologie vous aura appris à mieux récupérer entre chaque contraction mais aussi à mieux oxygéner votre corps ; de ce fait, vos poussées sont plus efficaces et vous, vous êtes plus détendue. En étant détendue, vos tissus s’étirent plus facilement, il y a alors moins de risques de déchirures : l’expulsion sera facilitée.

Renseignez-vous auprès de votre maternité pour savoir si elle propose de la sophrologie dans ses cours de préparation à l’accouchement, afin de bénéficier de la prise en charge à 100% de l’Assurance Maladie. Sinon, vous pouvez assister à des ateliers de sophrologie en dehors de votre maternité.

 

L’hypnonatal

Cette méthode est fondée sur une forme douce d’hypnose, dont le but est d’apprendre à maîtriser son corps et ses sensations, afin de vivre pleinement son accouchement.

Pour en apprendre plus sur l’hypnose périnatale, nous vous proposons de lire cet article, écrit par une professionnelle et pratiquante de cette méthode.

Encore une fois, les séances débutent par un temps de parole, et sont suivies par de la pratique avec de la relaxation et de l’hypnose. Le praticien fait entrer dans le subconscient de la future mère, une profonde sérénité quant à son accouchement. Comme la sophrologie, l’hypnonatal se sert d’exercices de relaxation mais son but est de procurer du bien-être à la future maman. Cette dernière imagine le chemin parcouru par son enfant, de l’utérus jusqu’à l’air libre.

Cette méthode s’adresse à toutes les futures mamans, sans restriction particulière. Elle est même conseillée aux futures mamans qui ont déjà vécu une grossesse difficile (fausse couche, pathologies, …).

En plus des séances, il est nécessaire de s’entraîner chez soi car le but final est de pouvoir s’auto-hypnotiser. Le praticien fournit des outils (CD, livre, …) pour aider la future mère à s’entraîner.

 

Le chant prénatal

Relaxant et apaisant, le chant prénatal permet à la future maman d’entrer en contact avec son bébé par le biais du chant. Cette pratique permet de chanter avec un groupe de mamans, de partager, d’échanger et de se rassurer l’une l’autre. Le futur papa peut venir car, en plus de passer un bon moment en couple, il pourra vous aider lors de l’accouchement et vous donner le ton.

Les séances se déroulent souvent de la manière suivante : petits tapotements sur tout le système nerveux afin de réveiller chaque zone du corps, quelques exercices pour échauffer la voix puis, viennent les premiers chants.

Le chant prénatal vous permet d’apprendre à mieux respirer et quand reprendre son souffle : plus les séances avanceront, plus vous saurez monter dans les aigus et descendre dans les graves. Il n’est pas utile de savoir chanter, ce n’est pas un concours de chant ! Tant que vous aimez chanter ou fredonner, tant que ça vous fait plaisir d’être là, ça suffit !

Un autre bénéfice est que ça fait du bien au bébé : il est bercé par les vibrations que crée votre voix. De plus, après la naissance de votre enfant, vous pourrez toujours vous servir de vos cours de chant pour apaiser bébé.

Le jour de l’accouchement, vous pourrez accompagner vos contractions de sons graves, ce qui vous détendra et facilitera ainsi la descente du bébé.

Si la préparation par le chant vous intéresse, nous proposons régulièrement des ateliers de chant prénatal et postnatal pour vous aider et vous accompagner dans cette merveilleuse aventure qu’est la grossesse !

 

Voilà, nous avons pu voir quelques méthodes de préparation diverses. Nous espérons que vous trouverez celle qui vous conviendra vraiment !

X
X