Allaitement : mode d’emploi

Lorsqu’on vit sa première grossesse, on réfléchit à toutes les choses qu’on aimerait mettre en place, les valeurs que l’on veut apporter à son enfant, … et très souvent, l’une des questions que les futures mamans se posent toujours, c’est : “Est-ce que je nourris mon bébé au sein ou au biberon ?

Le choix n’est pas toujours facile, surtout que beaucoup de futures mamans ressentent beaucoup de pression sur ce sujet, venant de leur entourage et de la société en général. Pourtant, le choix de nourrir son nourrisson est un choix totalement personnel et chaque future maman devrait pouvoir décider sans être jugée.

Si vous avez choisi de nourrir votre enfant au sein ou si vous envisagez de le faire, cet article pourrait vous aider à comprendre un peu mieux l’allaitement ou vous aider à faire un choix.

 

Avant toute chose, sachez que si vous avez arrêté d’allaiter votre bébé alors que vous vouliez le faire beaucoup plus longtemps, ne culpabilisez pas. Beaucoup de mamans culpabilisent du fait de ne pas avoir pu mener leur allaitement à terme mais, parfois les choses ne se passent pas comme prévues et ce n’est pas grave. Chaque maman est différente, chaque bébé est unique : l’allaitement peut parfois être compliqué.

 

Nous vous proposons maintenant de poursuivre votre lecture sur les bases de l’allaitement !

 

Le début de l’aventure lactée

Toutes les femmes enceintes sécrètent des hormones particulières qui préparent leur corps à l’allaitement. Le colostrum est le liquide que vos seins vont produire au début, qui est d’une couleur jaune-orangé et qui est une vraie mine de vitamines, de minéraux et d’anticorps pour votre nouveau-né. C’est ce avec quoi vous nourrirez votre bébé les premiers jours. 

Vous allez produire de très petites quantités de colostrum mais c’est tout à fait normal puisque votre bébé n’avale que quelques millilitres lors de ses premières tétées. La nature est bien faite : lorsque votre bébé aura besoin de plus lait, votre corps en produira davantage !

Pour la première tétée, profitez de sa période d’éveil, qui se situe habituellement dans les 2 premières heures de vie du nourrisson. Même si certains bébés ne font que toucher le sein, cela stimulera tout de même votre production de lait.

Il se peut aussi que votre bébé soit bien trop fatigué du voyage qu’il vient d’effectuer et n’ait pas le courage de boire : ne vous inquiétez pas et faites du peau à peau, ce qui déclenche certains réflexes, facilitant par la suite la mise au sein.

 

Plus le sein est vidée, plus il produit de lait !

Entre le 2ème et le 5ème jour, le colostrum est remplacé par du lait plus blanc et translucide. C’est à partir de ce moment-là qu’il faut stimuler régulièrement le sein si l’on souhaite allaiter son enfant quotidiennement.

 

Lors de la fameuse montée laiteuse, vous pouvez ressentir un inconfort durant 2 ou 3 jours car les seins peuvent gonflées et se tendre de façon significative. Vos seins s’engorgeront moins si vous donnez le sein plus de 8 fois en 24H.

 

Comment savoir quand bébé à faim ?

Les premiers jours, vous verrez votre bébé faire plusieurs signes pour signifier sa faim :

  • ses yeux bougent sous ses paupières
  • il fait des mouvements de succion avec sa bouche
  • il agite ses bras et ses jambes

Plus tard, il ouvre ses yeux lorsqu’il réclame à manger tout en cherchant le sein et en portant ses mains à sa bouche. Il ne faut pas attendre que bébé pleure car jusqu’à ses 6 mois, s’il pleure, c’est qu’il est en détresse : c’est le dernier signe de faim.

Comme toujours, chaque enfant a son propre rythme. Faites-lui confiance et faites-vous confiance. Pour certains femmes et certains bébés, les premières tétées sont compliquées à mettre en place, parfois douloureuses. Il faut rester patiente et suivre son instinct. Mais si vous en ressentez le besoin, il existe des groupes de soutien sur l’allaitement.

En allaitant, vous pouvez aussi avoir des crevasses au niveau de vos tétons :  pour vous soulager et les soigner, hydratez-les soit avec de la crème spécifique qu’on trouve en pharmacie, soit avec votre propre lait.

 

Quelles positions pour allaiter ?

En tout, il existe 4 positions pour allaiter :

  • la position biologique ou semi-assise : vous êtes couchée sur le dos et bien détendue tandis que votre bébé est – dans l’idéal, peau à peau – couché sur votre ventre.
  • la madone : vous êtes assise et votre bébé est allongé, sur le côté, sur votre avant-bras. Il tète le sein qui est du même côté. Vos deux ventres sont collés l’un à l’autre.
  • la position “football” : vous placez votre bébé sous votre bras. Le haut de son corps est soutenu par votre avant-bras et la tête de votre bébé est légèrement inclinée vers l’arrière.
  • la position couchée : idéal pour les tétées de nuit, vous êtes couchée sur le côté, face à votre bébé, qu’il l’est aussi.

Il vous faudra expérimenter ces différentes positions pour que vous trouviez celle qui vous convient le mieux. Dès que vous avez trouvé la position qui vous convient, vous n’êtes pas obligé de la changer : il n’est pas nécessaire de varier les positions. Vous pouvez aussi présenter votre autre sein à votre bébé et vous verrez s’il souhaite téter ou non. Certains bébés préfèrent garder le même alors que d’autres changent sans difficulté.

 

Comment s’assurer que la tétée se déroule bien ?

Pour que la prise du sein soit bonne, vous devez :

  • Dans un premier temps, appuyer le menton de votre bébé contre votre sein, à l’extérieur de l’aréole : cela provoquera l’ouverture de sa bouche.

 

  • Ensuite, quand sa bouche sera grande ouverte, vous pourrez rabattre doucement sa tête vers votre sein. Le réflexe de tétée se fera naturellement dès que votre mamelon touchera le palais de votre petit bout de chou. Pour une tétée sans douleur, votre mamelon doit toucher le fond du palais de bébé, là où il est le plus mou : vous pouvez le sentir dans votre bouche en passant votre langue sur votre palais, c’est l’endroit le plus doux.

 

  • La position de votre bébé est la suivante : son menton est enfoncé dans votre sein, on ne voit pas ses lèvres, il a la bouche grande ouverte et le nez qui dépasse.

 

Durée d’une tétée ?

Elles peuvent durer entre 45 minutes et 1 heure, voire plus, les premières fois, le temps que vous maîtrisiez l’installation et la mise en place de la tétée et que bébé soit plus entraîné et éveillé lors des tétés. Après un moment, les tétés seront sans doute moins longues grâce à l’habitude et l’expérience.

 

Le père, un allié indispensable

Le papa peut contribuer à la réussite de l’allaitement en encourageant la maman, en la soutenant lors des premières tétés qui peuvent être compliquées mais aussi la mettre à son aise en lui apportant à boire, à manger ou un oreiller. Un manque de soutien peut faire échouer la mise en place de l’allaitement.

 

Des conseils ?

  • Si vous voyez que votre bébé fait des pauses de plus en plus longues lors de sa tétée, vous pouvez utiliser la technique de la compression du sein pour qu’il reprenne sa tétée. Si, malgré vos stimulations, bébé ne souhaite plus boire, c’est qu’il n’a plus faim. Vous pouvez donc retirer sa bouche en insérant votre index dans le coin de sa bouche, entre ses gencives, pour qu’il l’ouvre sans pincer votre mamelon.

 

La compression du sein : il faut placer sa main en forme de U à la base du sein, en tenant le pouce d’un côté et les autres doigts de l’autre. Ensuite, il faut comprimer le sein de 5 à 10 secondes en maintenant les doigts loin de l’aréole, sans les déplacer.

 

  • Vous pouvez essayer de lui faire faire son rot en le plaçant contre votre épaule et en lui frottant le dos doucement ou en le tapotant. Si au bout de 2 minutes, aucun rot ne vient, il n’est pas nécessaire d’insister. Vous pourrez réessayer plus tard.

 

  • Si jamais vous souhaitez offrir votre autre sein à bébé mais qu’il n’a plus faim, vous pouvez tirer votre lait et le conserver pour plus tard, en le congelant, afin de soulager l’inconfort que vous pouvez ressentir mais aussi pour stocker du lait pour quand vous n’êtes pas là.

La fréquence de l’allaitement

Les 8 tétées par jour sont juste une moyenne. Il se peut que le nombre de tétés soient différentes pour vous, car chaque bébé est unique et ils n’ont donc pas les mêmes besoins. La règle d’or est de donner autant de lait que votre bébé en demande : aucune restriction, aucune limite.

Il sait très bien lui-même s’il a faim ou non. Plus votre enfant grandira, plus les tétés seront efficaces, courtes et espacées dans la journée.

Pour vous aider à voir le rythme de votre bébé, ce qui peut vous permettre de mieux gérer votre emploi du temps, vous pouvez remplir une grille d’allaitement. On vous en donne une parfois dans les hôpitaux. Sinon, vous pouvez facilement en faire une vous-même ou en trouver une sur Internet.

 

Les tétés de nuit sont très importantes : la production de prolactine est plus élevée durant cette période et le lait est également plus gras. La prolactine est l’hormone nécessaire à la production du lait.

Il faut éviter de donner le biberon à votre enfant si vous allaitez car il risque de ne plus vouloir boire au sein. En effet, la prise de lait au sein est plus fastidieuse que de boire dans un biberon. De plus, cela entraînera la réduction de votre production de lait.

 

La conservation du lait

 

Température de la pièce Réfrigérateur Congélateur

Lait maternel frais

4 heure à 26°C

8 jours à 4°C

  • 6 mois (congélateur de réfrigérateur)
  • 12 mois (congélateur coffre)
Lait maternel congelé 1 heure 24 heures

Ne pas recongeler

 

Notes :

 

  • Ne jamais décongeler le lait au micro-ondes : risque de brûlures pour bébé mais aussi de destruction des bonnes composantes du lait.

 

 

 

  • Ces données ne sont pas cumulatives : vous ne pouvez pas laisser un même lait 4 heures à température ambiante puis 8 jours au réfrigérateur !

 

 

Lors de ses poussées de croissance – 2 semaines, 4 à 6 semaines, 3 mois et 6 mois -, bébé va réclamer plus de lait. Il ne faut pas s’inquiéter : la production de lait suivra.

Il va peut-être vous falloir du temps pour trouver votre rythme et comprendre celui de votre bébé. Pour certaines mamans, le geste est presque inné alors que pour d’autres, c’est beaucoup plus compliqué à gérer. Mais après quelques semaines, vous serez beaucoup plus à l’aise et vous profiterez pleinement de ces petits moments entre vous et votre bébé !

 

Et vous, avez-vous fait le choix d’allaiter ? Si oui, comment s’est passée votre aventure lactée ?

X
X